Au pied de l’arbre de vie

bandeau1

Au pied de l’arbre nous t’attendons

Au pied de la source de vie

Ainsi dans ton cœur nous voyons

La rose éclore de mille pétales

Persévère et tu trouveras

Le rendez-vous tant attendu

Là où toutes les âmes convergent

Au pied de cet arbre de vie

Ton destin vient à ta rencontre

En ce matin guider tes pas

Nulle peur à l’avenir te freinera

Car toutes tu as vu et verras

Pour toi elles ne sont que des ombres

Elles ne pourrons plus t’attraper

Quelque soit ce que tu souhaiteras

Aucune d’entre elles ne t’empêchera

Car libre des ombres tu es

Et tu peux maintenant tout créer

Les conditions de ton bonheur

A toi de bien les dessiner

Je vois bien profond dans ton cœur

Que tu ne sais où commencer  ?

Laisse l’ami, le temps, te guider

Et tu retrouveras tous tes rêves

Regarde la poussière te quitter

Une fois les cendres balayées

Toute la lumière passant en toi

T’éclaireras et par la Foi

Tu sauras quelle priorité

Mérite d’être manifestée

En ce jour désormais tu es

Le serviteur du créateur

Telle une extension de la vie

Toi aussi tu peux tout créer.

Aurélie Pech d’Arcadie

(si vous souhaitez transmettre ce texte, merci infiniment de ne pas le couper, ne pas modifier le contenu et de mentionner l’auteur et la source: http://bienvenueenarcadie.com)

Un Fil cousu d’Or

db

Dalle de la marquise d’Hautpoul

Un fil cousu d’or te trace le chemin

Ce fil d’or apparaît quand tu ouvres ton cœur

Ouvre le à l’Amour, la joie et la gaieté

Car il est ton salut et celui de ton âme

A son extrémité se trouve une araignée

Elle a tissée une toile qui est la Toison d’or

En remontant ce fil tu trouveras le chemin

A travers les méandres de ton labyrinthe

L’araignée est bien là elle attend ta venue

N’en ai aucune crainte c’est un être à huit pattes

Le jour elle se repose et la nuit elle travaille

Pour qu’au delà des songes vous trouviez le chemin

La peur vous en empêche et bien des gens raccrochent

Préférant s’attarder au détour d’un sentier

Mais c’est à l’araignée qu’il faut se présenter

Pour voir avec ses yeux les mystères de la nuit

Si lors de la rencontre tu as bien fatigué

La matière inerte dont tu es constitué

Alors la reine y est et elle te saluera

S’inclinant sur tes pas, derrière elle tu verras

Comme un phare dans la nuit une lueur d’espoir

Une couronne bleuté te sera présentée

Et tout agenouillé toi aussi incliné

Tu recevras le sceptre de ta liberté

Ainsi tout autant qu’elle tu seras couronné

Ami sois-en certain tu es sur le chemin

Entends bien ces paroles accomplis ton destin.

Aurélie Pech d’Arcadie

Poème inspiré par l’énigme de Rennes le Château. En hommage à l’Abbé Saunière: http://www.portail-rennes-le-chateau.com/gazette/.

(si vous souhaitez transmettre ce texte, merci infiniment de ne pas le couper, ne pas modifier le contenu et de mentionner l’auteur et la source: http://bienvenueenarcadie.com)

Les colonnes d’Hercule

« Nouvelle Atlantide » de Francis Bacon, représentant les colonnes d’Hercule

Les colonnes d’Hercule à l’horizon s’approchent

A la proue du navire ici tu les contemple

A chaque coup de vent, à chaque embrun de vague

Le navire se rapproche se frayant un chemin

Guidé, imperturbable par l’étoile des bergers

Le navire de Minerve avance parmi les vagues

Montant et descendant il lui semble parfois

Alors au creux d’une vague ne plus voir le chemin

Et pourtant il remonte toujours haut sur les flots

En orientant sa proue faisant cap vers l’étoile

Ce phare bleu dans la nuit telle une lueur d’espoir

Le conduisit d’hier, aujourd’hui à demain

Au delà de ce temps le voyage prendra fin.

Aurélie Pech d’Arcadie

(si vous souhaitez transmettre ce texte, merci infiniment de ne pas le couper, ne pas modifier le contenu et de mentionner l’auteur et la source: http://bienvenueenarcadie.com)

Previous Older Entries