Edgar Cayce, sur les âmes sœurs et âmes gémellaires…

Résultat de recherche d'images pour "EDGAR CAYCE"

La notion d’âmes sœurs et âmes gémellaires, n’est pas nouvelle. Elle existe depuis des millénaires dans différentes cultures, apparaissant dans les mythes, les contes et les légendes. En substance, elle indique que l’âme humaine, intégrale et complète à l’origine, s’est séparée de son Créateur ou s’est fragmentée. Depuis lors, sentant qu’il lui manque quelque chose, elle cherche ardemment à retrouver son intégralité ou à retrouver sa « moitié ».

Les lectures de Cayce mentionnent que chaque entité doit accéder à sa propre intégralité et devenir complète en elle-même. Elles soulignent que cela se réalise par l’intermédiaire de nos rapports avec nos semblables. Selon Cayce, nos interactions avec autrui nous permettent de nous connaître nous-mêmes, de découvrir nos talents et nos faiblesses, de prendre conscience de notre véritable identité et de cultiver la relation nous liant à la Source Créatrice.

Edgar Cayce voyait dans les Annales Akashiques d’une personne le déroulement des rapports que celle-ci avait entretenus d’incarnation en incarnation. Il décrivait l’incidence de ses choix antérieurs sur les situations de sa vie actuelle, la provenance de ses relations et le pourquoi de ses expériences avec autrui.

Dans une lecture, Cayce donna une définition des âmes sœurs : « Il s’agit de toutes les personnes qui constituent un complément, une réponse l’une pour l’autre. » Nous ne parlons pas d’attraction purement physique, mais nous nous plaçons sur les plans mental et spirituel. Des âmes sœurs se sont connues précédemment et ont la possibilité d’avoir des rapports constructifs dans le présent. Malgré leurs dissentiments, elles peuvent s’allier pour surmonter les épreuves de l’existence.

Les relations entre âmes gémellaires se rattachent aux processus de croissance spirituelle de chaque être humain. Elles se perpétuent au cours du temps et réapparaissent, sous diverses formes, lorsque les entités doivent résoudre des problèmes restés inachevés ou décident de faire quelque chose ensemble.

Nous possédons mainte idée fausse sur les âmes gémellaires. Cela vient sans doute de notre désir profond de trouver un partenaire parfait dans la vie, c’est-à-dire notre « moitié » ou l’être qui nous apportera plénitude et bonheur. Par suite, certains croient qu’aucune ombre ne trouble les liens entre âmes gémellaire. Les lectures d’E-C, signalent qu’il n’en est point ainsi. Elles précisent que nous sommes attirés par quelqu’un en notre âme, nullement car cette personne est notre unique complément, mais parce que nos rapports avec elles nous permettent d’évoluer vers notre propre intégralité. En d’autres termes, les relations entre âmes gémellaires ont le pouvoir d’accélérer le développement spirituel et de conduire progressivement à la maturation de leurs âmes.

Si les êtres concernés donnent le meilleur d’eux-mêmes et dépassent les difficultés, ils s’entendront de mieux en mieux et se réjouiront de mener une vie qui en vaut enfin la peine.

Les lectures énoncent que les gens se retrouvent toujours pour une raison spécifique, essentiellement en vue de poursuivre une fructueuse collaboration ou de régler des conflits antérieurs. Bonnes ou mauvaises, nos relations reprennent là où nous les avions laissées. En effet, il y a continuité de nos schémas émotionnels, de nos aptitudes, de nos desseins, de nos aspirations et de nos idéaux passés. Cependant, notre manière d’aborder les situations qui se présentent à nous dépend uniquement de nos choix actuels.

Afficher l'image d'origineCe terme d’âme gémellaire caractérise deux personnes dont les âmes proviendraient de la scission originelle d’une seule et même âme. D’après Cayce, deux âmes jumelles n’en sont pas identiques pour autant et ne s’incarnent pas nécessairement à une même époque. En outre, jusqu’ici peu de gens possèdent une âme jumelle.

<<A notre période de temps, cela semble tout à fait différent. En effet, il semblerait qu’avec l’évolution du monde actuel, de nombreuses âmes sont appelées à se réunifier. D’où la mise en relation plus fréquente des âmes gémellaires, afin de s’aider mutuellement à la réunification spirituelle de chacune d’elle. Aidant elles aussi à l’élévation de conscience du Monde. >>

Selon les lectures d’Edgar Cayce, la distinction principale entre âmes sœurs et âmes jumelles est la suivante :

Nous avons tous beaucoup d’âmes sœurs. Nous nous attirons mutuellement de façon à ce que chaque personne puisse se libérer de problèmes non résolus dans le passé, remplir sa mission sur la terre et s’élever spirituellement.

Deux âmes gémellaires sont en général unies par un idéal et un objectif communs. Elles se retrouvent donc le plus souvent, non seulement pour vivre une idylle, mais pour réaliser une tâche donnée ou accomplir une œuvre importante.

Des âmes jumelles exercent une profonde influence l’une sur l’autre à travers le temps. Quelques exemples cités dans les lectures d’E-C sont : Jésus et Marie-Madeleine ; Edgar Cayce et Gladys Davis, sa secrétaire ; Gertrude Cayce et Hugh Lynn Cayce, le fils aîné d’Edgar et sa femme.

En plus d’avoir leur propre âme jumelle, Edgar, Gertrude, Gladys et Hugh Lynn étaient âmes sœurs entre eux, ainsi qu’avec de nombreuses personnes. Ils avaient été ensemble dans plusieurs vies précédentes et étaient revenus dans cette incarnation afin de répandre les enseignements des lectures d’Edgar Cayce.

L’Alchimie des âmes jumelles…

Qu’est-ce que les âmes jumelles ? Une théorie fumeuse teintée de new-âge de fin de vingtième siècle, ou bien un concept ancré dans une tradition séculaire ? Réalité spirituelle authentique ou simple vue de l’esprit ? Tristan et Yseult, Roméo et Juliette…

Et bien au-delà de l’expression romanesque, Christian Rosenkreutz a merveilleusement illustré ce concept dans ses Noces Chymiques, considéré comme l’un des textes fondateurs de la tradition rosicrucienne. On retrouve aussi une référence au mariage cosmique des jumeaux spirituels dans l’âme humaine de Papus et bien d’autres encore.

Nous citerons à simple titre d’exemple, le traité intitulé « Les mystères de l’Etre » du Dr Ely Star, publié en 1902 : « Deux chars, lumineux comme des soleils, viennent d’apparaître sous la coupole céleste; l’un, à l’Orient, celui de l’âme masculine, l’autre, celui de sa pure Fiancée, à l’Occident.

Rapides comme l’éclair, ils s’avancent, se rapprochent et, en une durée inappréciable, se sont confondus en une immense Auréole lumineuse, au milieu d’une explosion formidable d’accords séraphiques et de voix mélodieuses, rendant grâces à l’Eternel de l’Etre nouveau qui vient de se reconstituer en son intégralité spirituelle, et que, tout vibrant encore d’une émotion indescriptible, les “Chérubs” célébrants conduisent en grande pompe vers son trône, dont l’éclat éblouissant est maintenant terne devant le majestueux rayonnement qui entoure l’Etre radieux, le nouvel ANGE ravi dans sa divine extase !».

Mais d’où cela vient-il ? Si on y regarde bien, tout cela procède de la plus pure logique. On nous a vendu l’idée d’un Big Bang à la source de la création de l’univers. La plupart de nous avons acheté, les yeux fermés ! Posons cette hypothèse. Un univers concentré, donc en intention. Puis une explosion… donc une expansion… soudaine, brutale. Ce qui était Un se divise, se re-divise et se démultipliant à l’infini. Les âmes, issues de l’esprit Un initial, n’échappent pas à la règle. Des âmes sont donc créées, pensant être une seule et unique entité ou individualité spirituelle, pouvant suivre sa course à travers l’univers.

Puis, sous l’effet de la dynamique universelle, elles se divisent en deux, créant deux entités autonomes. C’est alors comme un œuf cosmique qui se serait scindé en deux, donnant deux âmes certes distinctes mais strictement complémentaires, puisque issues d’une même source spirituelle. Ainsi, à un stade donné d’évolution, chaque âme n’a qu’une jumelle, qui s’exprime par deux entités un pôle féminin et un pôle masculin (animus et anima) vibrant très exactement sur une seule et même fréquence, mais selon deux pôles distincts.

En s’incarnant ces flammes universelles se sont matérialisées, se sont alourdies de matière, y compris dans leurs corps subtils et ont alors été soumises à la loi de l’individuation. Puis au fil des incarnations, leur karma s’est allégé, jusqu’à ce que, leur champ vibratoire étant pour l’une comme pour l’autre, suffisamment épuré, les retrouvailles puissent enfin avoir lieu. La loi de l’évolution, qui se traduit par la nécessité du retour à la Lumière originelle, ou plérôme initial, ne leur impose-t-elle pas en effet un destin de regroupement, de retour à l’unité en transcendant le temps et l’espace pour annuler les effets de la dualité et apporter leur étincelle commune à l’édifice d’Amour universel ?

Comment n’en serait-il pas ainsi ? Ces âmes jumelles n’ont-elles pas pour origine une seule et même essence ? Quel effort au fil du temps pour dépasser leur individualité et  rejoindre leur essence commune !  C’est pour cela sans doute que les retrouvailles sont si rares, si espacées dans le temps ! Il faut déjà être incarnées ensemble, dans une même temporalité, ou mieux, être désincarnées ensemble et avoir parcouru un chemin qui permet de parvenir ensemble au moment où les retrouvailles peuvent enfin avoir lieu. Fruit d’un simple hasard ou d’une évolution sciemment calculée, patiemment attendue… Nul ne le sait, mais quand le jour est venu et qu’elles ont l’âge, la réunion a lieu. Elle a lieu de façon fulgurante, souvent parfaitement inattendue, sous forme de fusion en mode désincarné; cette fusion pouvant intervenir à n’importe quel moment de la vie, lorsque deux âmes jumelles sont incarnées dans la même temporalité et prêtes au même moment, ce qui est relativement rare.

Ainsi, pour Ely Star, « la fusion suprême, qui ne s’opère qu’à partir du quatrième Ciel, en la rayonnante sphère du soleil, est l’intime réunion en un nouvel être supérieur, de deux entités complétées déjà par la fusion du premier degré. Si, nous servant de termes connus, nous nommons “Ange” un être reconstitue au premier titre, la fusion de deux Anges produira un Archange».

Lorsqu’une relation terrestre s’établit entre deux âmes jumelles, elles développent spontanément une capacité à transcender l’espace temps dans lequel elles se trouvent. Cette capacité est destinée à favoriser non pas l’établissement d’une simple relation humaine, mais à servir de relais pour leur permettre de vibrer sur les plus hautes fréquences, qui favoriseront leur réunion en une seule et unique entité au-delà de la vie.

C’est ainsi que chacun de ces êtres doit demeurer parfaitement conscient du fait que chacun d’eux peut à n’importe quel moment se retrouver en situation de transcender spontanément les frontières de l’espace et du temps, car leur rôle fondamental au regard de l’Eternel est d’établir un mode de communication basé sur des fréquences qui ne sont pas celles de la communication humaine courante.

Et c’est uniquement sur ces fréquences là qu’elles peuvent réellement communiquer et agir pour le bien commun. Ainsi le Dr Ely Star explique par une métaphore, la force du phénomène de réunion de deux jumeaux spirituels : «Quand vous unissez ensemble la flamme deux gaz différents, la nouvelle lumière obtenue par cette combinaison est plus que doublée : il en est de même pour les facultés de l’Esprit réintégré».

La relation entre deux âmes jumelles, ou compléments spirituels divins est une relation androgyne. Quand chacun a atteint un point d’évolution et de plénitude suffisants, il n’est plus question d’identité masculine ni féminine, ils ne forment plus en réalité qu’une seule et unique conscience, une seule essence qui tend vers l’ultime fusion. Les noyaux mêmes de chaque cellule ou atome constituant l’essence de deux âmes jumelles finissent par fusionner entre eux. Cette fusion échappe à la volonté humaine courante et n’est régie que par l’esprit divin et son prolongement en chacune d’elles, en accord avec la volonté de l’Eternel.

Ensemble elles constituent un seul et unique champ vibratoire. Leur champ vibratoire est UN. Cette capacité qu’ont les âmes jumelles à transcender spontanément l’espace et le temps leur permet de créer sur la terre des arcs de lumière, puissants canaux d’Amour universel qui concourent de façon forte et spontanée à l’allègement des souffrances de ce monde. Tel est sans doute leur rôle ici bas et leur destin.

Source du texte: http://spiritualites.fr/divers/ames-jumelles-mythe-ou-realite/

Le Mythe de la Caverne, Platon

L’allégorie de la caverne est une allégorie exposée par Platon dans le Livre VII de La République.

Elle met en scène des hommes enchaînés et immobilisés dans une demeure souterraine qui tournent le dos à l’entrée et ne voient que leurs ombres et celles projetées d’objets au loin derrière eux. Elle expose en termes imagés les conditions d’accession de l’homme à la connaissance de la réalité, ainsi que la non moins difficile transmission de cette connaissance.

image1

Dans une demeure souterraine, en forme de caverne, des hommes sont enchaînés. Ils n’ont jamais vu directement la lumière du jour, dont ils ne connaissent que le faible rayonnement qui parvient à pénétrer jusqu’à eux.

Des choses et d’eux-mêmes, ils ne connaissent que les ombres projetées sur les murs de leur caverne par un feu allumé derrière eux. Des sons, ils ne connaissent que les échos. « Pourtant, ils nous ressemblent ».

Que l’un d’entre eux soit libéré de ses chaînes et accompagné de force vers la sortie, il sera d’abord cruellement ébloui par une lumière qu’il n’a pas l’habitude de supporter. Il souffrira de tous les changements. Il résistera et ne parviendra pas à percevoir ce que l’on veut lui montrer.

Alors, Ne voudra-t-il pas revenir à sa situation antérieure ? S’il persiste, il s’accoutumera. Il pourra voir le monde dans sa réalité. Prenant conscience de sa condition antérieure, ce n’est qu’en se faisant violence qu’il retournera auprès de ses semblables. Mais ceux-ci, incapables d’imaginer ce qui lui est arrivé, le recevront très mal et refuseront de le croire : « Ne le tueront-ils pas ? ».

La caverne symbolise le monde sensible où les hommes vivent et pensent accéder à la vérité par leurs sens. Mais cette vie ne serait qu’illusion. Le philosophe vient en témoigner par une interrogation permanente, à laquelle Platon se livre tout au long de l’œuvre, ce qui lui permet d’accéder à l’acquisition des connaissances associées au monde des idées comme le prisonnier de la caverne accède à la réalité qui nous est inhabituelle.

Mais lorsqu’il s’évertue à partager son expérience avec ses contemporains, il se heurte à leur incompréhension conjuguée à l’hostilité des personnes bousculées dans le confort (illusoire) de leurs habitudes…

Les informations sur le Mythe de la Caverne proviennent de la Source suivante, pour la suite de l’histoire cliquez le lien (ou lisez Platon):

http://fr.wikipedia.org/wiki/All%C3%A9gorie_de_la_caverne

Previous Older Entries