Des Quatre éléments au Cinquième…

Les quatre éléments. Gravure de l'ouvrage Daniel Stolz von Stolzenberg

Les quatre éléments. Gravure de l’ouvrage Daniel Stolz von Stolzenberg

À l’origine il s’agissait d’une hypothèse de certains philosophes grecs pré-socratiques et notamment d’Empédocle au ve siècle av. J.-C., selon laquelle tous les matériaux constituant le monde seraient composés de quatre éléments, dont chacun est représenté par un symbole différent dans la tradition alchimique :

  • la Terre (symbole Symbole de la terre)
  • l’eau (symbole Symbole de l'eau)
  • l’air (symbole Symbole de l'air)
  • le feu (symbole Symbole de feu)

Chaque substance présente dans l’univers serait constituée d’un ou plusieurs de ces éléments, en plus ou moins grande quantité. Ce qui expliquerait le caractère plus ou moins volatil, chaud, froid, humide, ou sec (= les quatre qualités élémentales) de chaque matière. La théorie repose sur des arguments philosophiques et spéculatifs.

C’est à l’époque des croisades, au xiie siècle en Terre Sainte, et de la reconquista en Espagne, que le savoir des Grecs et la théorie aristotélicienne des éléments a pénétré en Occident par l’intermédiaire des Arabes. Or, ces derniers ont essentiellement conservé dans leurs écrits l’enseignement d’Aristote. Les scolastiques du Moyen Âge reprendront ces spéculations sur la quaternité de la nature à leur compte et l’incluront dans leur vision chrétienne du monde.

Le texte fondateur se trouve chez Empédocle (vers 460 av. J.-C.): « Connais premièrement la quadruple racine de toutes choses : Zeus aux feux lumineux, Héra mère de vie, et puis Aidônéus, Nestis enfin, aux pleurs dont les mortels s’abreuvent. »

Ce texte peut être interprété de deux manières différentes : on peut penser que Zeus, dieu de la lumière céleste, désigne le Feu ; Héra, son épouse, l’Air ; Aidônéus (Hadès), dieu des enfers, la Terre ; et Nestis (Poséidon) l’Eau. Mais Stobée, lui, y associe à Héra la Terre (principe féminin) et à Aidônéus l’Air (principe masculin).

Empédocle ajoute aux quatre éléments matériels deux forces spirituelles. Diogène Laërce le dit à propos d’Empédocle : « Ses théories étaient les suivantes : il y a quatre éléments, le feu, l’eau, la terre et l’air. L’Amitié les rassemble et la Haine les sépare » (VIII, 76).

Le jeune Aristote et l’auteur de l’Épinomis ajouteront un cinquième élément, qui est donc la Quinte Essence : l’Éther.

 image1

Ce dernier élément, qui constitue la substrat des corps célestes, n’est pas soumis à la génération et à la corruption, aux changements de qualité ou de dimension, et il se déplace, non en ligne droite comme les autres, mais en cercle, ce qui explique le mouvement circulaire des étoiles (en réalité dû à la rotation de la Terre).

Source: https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Quatre_éléments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :