Les colonnes d’Hercule

« Nouvelle Atlantide » de Francis Bacon, représentant les colonnes d’Hercule

Les colonnes d’Hercule à l’horizon s’approchent

A la proue du navire ici tu les contemple

A chaque coup de vent, à chaque embrun de vague

Le navire se rapproche se frayant un chemin

Guidé, imperturbable par l’étoile des bergers

Le navire de Minerve avance parmi les vagues

Montant et descendant il lui semble parfois

Alors au creux d’une vague ne plus voir le chemin

Et pourtant il remonte toujours haut sur les flots

En orientant sa proue faisant cap vers l’étoile

Ce phare bleu dans la nuit telle une lueur d’espoir

Le conduisit d’hier, aujourd’hui à demain

Au delà de ce temps le voyage prendra fin.

Aurélie Pech d’Arcadie

(si vous souhaitez transmettre ce texte, merci infiniment de ne pas le couper, ne pas modifier le contenu et de mentionner l’auteur et la source: http://bienvenueenarcadie.com)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :